Des lycéens découvrent le corps sans vie d’un SDF dans un squat

Lundi dernier, un groupe de lycéens a découvert le corps sans vie d’un SDF dans un squat de la rue de Marquise. Cela ferait plusieurs années que les riverains y verraient défiler des sans-abri, après le décès de l’habitante de la maison. D’autres logements de la rue, laissés à l’abandon, seraient également ponctuellement squattés.

Lundi 26 février, un groupe de lycéens découvrait le corps sans vie d’un SDF dans un squat de Sallaumines.

L’autopsie a été pratiquée mercredi. Le parquet de Béthune se refuse pour l’heure à communiquer sur les circonstances de ce drame, l’ensemble des résultats d’analyse n’ont pas encore été rassemblés.

On sait cependant que le froid glacial n’en était pas la cause.

La piste d’un homicide est également écartée.

Si le maire, Christian Pedowski, affirme ne pas avoir eu connaissance de la présence de sans-abri sur ce terrain, les riverains, eux, en avaient pleinement conscience, et ce depuis plusieurs années. « Par ici, il y a énormément de maisons abandonnées, et donc laissées à la disposition de tous, témoigne un voisin. « Il y avait une femme qui habitait cette maison, mais elle est décédée », raconte une seconde riveraine. Depuis, le terrain a été laissé à l’abandon et serait régulièrement squatté.

Les services de l’Association pour la solidarité active (APSA) reconnaissent aussi avoir déjà rencontré le défunt à cet endroit. Les services sociaux le suivaient depuis 2011. Il avait été aperçu pour la dernière fois en début d’année 2018, alors qu’il quittait le centre d’hébergement de Lens, de sa propre volonté.